6 outils pour retrouver la motivation au lieu d’abandonner

Bienvenue sur Smartjeunes ! Si tu es nouveau ici, tu seras sûrement intéressé par mon guide "Ce que les études ont oublié de t'apprendre pour réussir". Clique ici pour télécharger mon guide maintenant 😊

Impossible n’est pas français ! Même si ta motivation s’échappe, voici quoi faire avant de baisser les bras.
Photo de Olya Kobruseva provenant de Pexels

Tu commences un projet plein d’entrain. Nouvelles résolutions, nouveaux objectifs, en avant ! Malgré ta bonne volonté, au bout de quelques semaines, la motivation semble peu à peu disparaître. Et qu’il s’agisse de se mettre à un sport, de lire un livre chaque mois, ou de travailler sur tes cours quotidiennement plutôt que juste avant les examens, cela se finit bien trop souvent de la même façon : ton projet tombe à l’eau. Serais-tu incapable d’achever tes projets et d’atteindre tes objectifs ? Heureusement non ! C’est qu’on ne t’a jamais donné les vrais outils pour rester motivé jusqu’au bout. Et voici comment faire.

1. Débarrasse-toi de la procrastination

On confond souvent procrastination et manque de motivation. Et pourtant, tu peux être très motivé sur un projet et ne pas avancer, simplement parce que tu repousses le moment de t’attaquer aux tâches qui t’attendent. Le manque de motivation est un problème d’envie d’avancer sur ton projet (donc une condition passive), alors que la procrastination est un ensemble d’actions que tu réalises pour éviter de te lancer.

La procrastination est un phénomène complexe dont j’ai déjà parlé ici en détails.

Voici quelques astuces pour mettre la procrastination KO :

  • Donne-toi moins de 5 secondes : au moment où tu veux enfin te lancer dans la tâche qui t’attend, il faut moins d’une dizaine de secondes à tes neurones pour trouver une multitude d’excuses. Bloque-les en décomptant en partant de 5. A 0, lance-toi sans écouter ton cerveau !
  •  Commence par 5 minutes : ton cerveau craint de quitter sa zone de confort et de se mettre au travail. Règle un minuteur sur 5 minutes et concentre-toi sur ta tâche pendant seulement 5 minutes. Lorsque ton alarme sonnera, ton cerveau sera déjà calmé et focalisé, magique !
  • Reformule les tâches qui t’attendent : au lieu de « devoir finir de faire ces exercices », « travaille ces exercices pour mieux comprendre la notion du cours qui leur est associée ». Mets ton objectif réel au cœur de tes tâches.

2. Rappelle-toi ce qui te motivait

Si tu manques systématiquement de motivation sur un projet donné, c’est peut-être que ce projet ne te convient finalement pas. Prends un peu de temps pour te rappeler pour quelles raisons tu fais réellement ce projet. Quels sont tes objectifs à long terme ? Qu’est-ce qui t’a poussé à te lancer ? Quel était ton état d’esprit lorsque tu as débuté ?

Lorsque l’on est lancé, on oublie parfois nos vrais motifs, ce qui nous donne l’énergie de continuer… et donc notre motivation. Répondre à toutes ces questions te permettra de faire le point et de revenir à l’essentiel. N’oublie pas de les noter et d’écrire tes objectifs sur un tableau ou une feuille que tu garderas bien en évidence pour te booster lors de ta prochaine baisse de motivation.

3. Redéfinis tes objectifs

Ton manque de motivation peut aussi être une alerte pour que tu réorganises ton projet. La première étape est de redéfinir tes objectifs. En effet, si ces objectifs sont trop lointains, ils ne peuvent plus te motiver convenablement car ton cerveau ne perçoit pas la récompense qui l’attend.

Pour cela, choisis des objectifs concrets et plus proches, si possible dans quelques semaines. Au lieu de fixer comme objectif de maîtriser l’intégralité des cours d’une matière donnée, découpe cet objectif en plusieurs parties de cours.

Tu as alors plusieurs objectifs plus petits, que tu peux répartir sur les semaines à venir. Utilise la méthode SMART pour définir des objectifs Spécifiques, Mesurables, Ambitieux mais Réalistes, et définis dans le Temps.

Si tu manques de motivation, c’est peut-être parce que ton projet est infaisable (c’est d’ailleurs un critère de la méthode SMART). Ton cerveau aime les défis, mais pas ceux voués à l’échec ! Gère la difficulté pour trouver le juste milieu qui te convient. C’est plus facile à dire qu’à faire, mais il te suffit de faire des essais, et de voir ce qui te motive le plus.

4. Ajoute des récompenses (petites et grandes !)

Avec les objectifs viennent les récompenses. Pour te motiver, tu dois pouvoir obtenir des récompenses fréquentes : elles rendent visibles les efforts que tu fais. Dans certains cas, la récompense vient d’elle-même lorsque l’objectif est atteint : on t’applaudit à la fin d’une présentation, on te félicite pour un dossier ou un rapport que tu as rendu… Mais tu peux (et devrais) aussi te fixer tes propres récompenses !

Il ne s’agit pas de s’auto-congratuler à outrance, mais d’avoir conscience du travail que tu fournis chaque jour. Ainsi, n’attends pas de recevoir une bonne note à un examen et octroie-toi une récompense dès que tu atteints un de tes objectifs de révision, que tu as terminé une présentation ou bouclé une expérience importante.

Avoir ses propres récompenses est particulièrement important car toi seul sait vraiment la quantité de travail que tu as abattu et le temps passé sur tes objectifs. Et, malheureusement, ils ne sont souvent pas les seuls paramètres pris en compte par les autres lorsque ton travail est évalué. Être satisfait de ce que tu as réalisé est donc crucial pour rester motivé !

Si tu utilises les to do lists (ce que je te recommande), savoure l’instant où tu coches la case correspondant à la tâche que tu viens d’achever : c’est à la fois une récompense et une bonne façon de visualiser tes avancées. Attention à ne pas choisir une récompense contre-productive : une glace après le sport ou un tour sur Instagram durant une pause te réconforteront sur le moment mais sapent ton travail.

En conclusion, définis de petites récompenses chaque fois que tu accomplis ta tâche et de plus importantes lorsque tu atteints un de tes objectifs. Aller acheter des viennoiseries, prendre une après-midi de congé pour aller se balader, organiser un apéro avec quelques amis, partir en week-end… Choisis ce qui est à la mesure des objectifs atteints !

5. Revois ton sens des priorités

Quand l’urgence te démotive…

Si tu as perdu la motivation pour ton projet, c’est peut-être parce que tu ne suis plus tes priorités. Au sein même d’un projet, tu as sûrement plusieurs tâches à réaliser. Dans l’urgence, tu te retrouves surchargé et accomplis tes missions à la dernière minute. Le problème ? Tu te concentres (quasi) exclusivement sur des tâches urgentes et néglige les tâches importantes mais non urgentes qui te font réellement progresser et t’apportent satisfaction et plaisir.

Oui, commencer à apprendre les révisions quelques jours avant les examens te permet de passer un semestre plus tranquillement. Cependant, tu risques surtout d’être submergé par la quantité de travail à la dernière minute ! Et un cycle vicieux pointe alors le bout de son nez : tant de tâches à accomplir induisent du stress, qui te fait douter de toi et de ta capacité à vraiment être à la hauteur, ce qui te démoralise (« à quoi bon, je n’y arriverai pas de toute façon), qui te conduit à l’échec.

… utilise la matrice d’Eisenhower !

Prends quelques minutes pour redéfinir tes priorités au sein de ton projet, et plus généralement entre tes projets. Je te conseille d’utiliser la matrice d’Eisenhower, dont j’ai déjà parlé ici.

La matrice d'Eisenhower revoit tes priorités pour améliorer ta motivation.
Remplis une matrice d’Eisenhower avec toutes tes tâches et applique les conseils pour chaque cadre. Licence CC BY-NC-SA Gaël Fortin

Tes tâches se divisent en quatre catégories. A chaque catégorie, sa « solution ». Ainsi, effectue les tâches urgentes et importantes (cadre 1) en premier, mais planifie déjà des créneaux pour passer des temps sur les éléments importants mais non urgents de ton projet (cadre 2). Ces derniers sont la source de ton épanouissement personnel et donc de ta motivation !

6. Prends une pause (mais pas n’importe comment !)

Si tu manques de motivation encore et encore, c’est peut-être que tu as tout simplement besoin d’une pause. Cela te paraît sûrement insensé et contre-productif : pourquoi faire une pause alors que ton manque de motivation te met déjà en retard. Et pourtant…

Prendre une pause te permet de recharger tes batteries mais aussi de faire le point sur ton projet, sur tes motivations, et de prendre un autre regard sur tes objectifs. Bref, faire ce dont on parle depuis le début de cet article 😉

Prends une pause quand tu n’avances vraiment plus

Tout break doit être justifié. Si tu baisses les bras aux premières difficultés et t’abandonne à la procrastination, tu devrais peut-être te lancer réellement et montrer ce dont tu es capable avant de prendre une pause !

Arrête-toi après avoir persévéré, et lorsque tu t’es suffisamment investi dans ce projet. Une coupure est alors amplement méritée.

Ne fais pas un break n’importe comment avec la règle des deux jours.

Le risque de faire une pause ? Ne jamais reprendre ! On s’est tous déjà dit « je fais une pause aujourd’hui, je reprendrai demain » mais sans jamais s’y remettre… Ce serait dommage de baisser les bras et d’abandonner un projet simplement pour une baisse (temporaire) de motivation.

Pour éviter cela, utilise la règle des deux jours : ne t’arrête jamais deux jours de suite. Si ton projet requiert une pratique sportive quotidienne, alors tu peux ne pas faire de sport un jour, mais tu en feras le lendemain. Tu peux te poser dans tes révisions un jour si tu manques de motivation, mais seulement un jour !

La règle des deux jours est ton garde-fou contre l’abandon d’un projet. Pas besoin d’y passer des heures : même quelques minutes par jour suffisent à maintenir ton habitude et ton investissement dans tes projets. Ce qui compte, c’est de s’investir tous les jours, même si ce n’est qu’un peu. Un peu vaut mieux que rien.

Conclusion

Rester motivé sur un projet est une tâche difficile, sinon impossible. Lorsque tu n’as plus envie de t’investir et que tu préfères baisser les bras, ce n’est pas parce que tu n’es pas doué, que tu es incapable de persévérer. C’est plutôt que tu ne sais pas comment retrouver ta motivation. Au lieu de te démoraliser, comprends que ton inconscient tire la sonnette d’alarme, pose-toi les bonnes questions et utilise les 6 outils que je t’ai partagé pour te reprendre et repartir à fond !

On manque tous de motivation à un moment ou à un autre. Mais ce qui compte, c’est que tu sois conscient que ce n’est pas une fatalité. Avec les bonnes méthodes, manquer de motivation ne sera plus qu’un passage, pas ton terminus 😉

Merci d'avoir lu cet article ! Si tu veux t'améliorer dès aujourd'hui, tu seras sûrement intéressé par mon livre "Ce que les études ont oublié de t'apprendre pour réussir". Clique ici pour télécharger mon guide maintenant 😊

Créateur de smartjeunes. Je suis passionné par les sciences depuis mon enfance et par le théâtre. J'ai obtenu une licence et un master en biologie, et effectue maintenant un doctorat en cancérologie. Le développement personnel est une autre de mes passions. J'ai créé le podcast 3,9 et smartjeunes pour donner à tous les astuces et connaissances oubliées par les études supérieures en France.
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires